Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
18%

Actions de dératisation par le Parc National de La Réunion

Dans le cadre du projet BIODIV’OM, les agents du secteur Nord du Parc national participent aux actions de dératisation.

Mise en place du poste d’appâtage par les agents du Parc National de La Réunion © Caroline Robert, Parc National de La Réunion

Un partage des tâches

Afin de protéger le Tuit-tuit, des actions de dératisation sont mises en place sur la Roche-Ecrite afin de réduire les impacts négatifs liés à la présence de prédateurs tels que le rat. Pour cela, des transects appelés « lignes » sur lesquelles des postes d’appâtage sont présents, sont identifiés et parcourus régulièrement par les équipes de la SEOR et du PNRun afin de recharger les raticides.

Compte-tenu du nombre de lignes identifiées, les équipes de la SEOR et du PNRun se sont donc partagés les transects à réaliser au cours de l’année. Ici c’est le poste d’appâtage 1064 qui est mis en place, avant la période de reproduction du Tuit-tuit. Les postes protègent le raticide de l’humidité et permettent de cibler uniquement le rat, principal prédateur du Tuit-tuit.

Les bénévoles en aide au Tuit-tuit

Afin d’assurer la pérennisation de la réalisation de ces actions de dératisation, des Brigades Tuit-tuit ont été créées, composées de bénévoles, certains formés en tant que chef de brigade afin de réaliser les chantiers participatifs. Grâce à ces chantiers participatifs effectués depuis 3 ans sur le massif forestier de la Roche-Ecrite, la population est désormais estimée à 37 couples en 2018 contre 7 couples en 2003 et a réussi à produire 25 poussins lors de la saison 2018-2019.