Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
30%

Atelier sur les espèces exotiques envahissantes en Martinique

Du 10 au 14 février 2020, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a organisé un séminaire en Martinique sur les espèces exotiques envahissantes (EEE). L’occasion pour nos partenaires des Caraïbes de présenter les actions de gestion appliquées sur ces espèces dans le cadre du Life BIODIV’OM.

Les équipes de Martinique, Guyane et Saint-Martin du Life BIODIV’OM réunies lors du séminaire UICN © E. Sarat / UICN France 2020

L’UICN et les EEE

Le comité français de l’UICN possède en effet une initiative sur les espèces exotiques envahissantes (EEE) en Outre-mer. Ces espèces, végétales ou animales, sont introduites volontairement ou non sur les territoires et menacent la biodiversité locale en agissant en tant qu’espèces prédatrices ou compétitrices. En Outre-mer, on estime que 53% des extinctions d’espèces ont été provoquées par les espèces exotiques envahissantes. De plus, 60 des 100 espèces exotiques les plus envahissantes au monde sont présentes sur les territoires d’Outre-mer français (UICN). Parmi les 370 EEE présentes en Outre-mer, on trouve des espèces animales telles que le Rat noir sur de nombreuses îles ou encore l’Iguane vert en Martinique mais aussi des espèces végétales comme la Liane papillon à La Réunion ou l’Acacia mangium en Guyane.

Le Life BIODIV’OM et les EEE

Agissant comme des menaces importantes sur les espèces ciblées par le LIFE, de nombreuses actions sont mises en œuvre dans le but de connaitre davantage l’impact de certaines EEE telles que le rat noir sur des oiseaux comme le Crabier blanc à Mayotte, pour lequel la prédation n’est pas encore avérée actuellement ou encore le Bulbul orphée, oiseau soupçonné d’agir comme compétiteur de l’Echenilleur de La Réunion.

Des actions de gestion sont également effectuées, notamment sur le Rat noir en Martinique et à La Réunion afin de protéger les nids de Tuit-tuit et de Moqueur gorge blanche qui sont prédatés par cette espèce. Ces actions ont un impact très fort sur la protection d’espèces menacées, et ont notamment permis au Tuit-tuit d’atteindre des succès de reproduction de l’ordre de 75% contre 30% sans ces actions et de multiplier la population existante par 5.

Des actions sont également réalisées contre les espèces exotiques envahissantes végétales en Guyane telles que l’Acacia mangium et le Niaouli, introduits d’Australie et qui envahissant les savanes de Guyane.

Ainsi, le GEPOG de Guyane, l’AGRNSM de Saint-Martin et le PNM de Martinique ont pu présenter leurs problématiques, discuter et échanger avec de nombreux experts autour des actions de gestion des EEE mises en place dans le cadre du LIFE BIODIV’OM.