Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
22%

Connaitre pour mieux gérer

Comment sont utilisés l’Acacia mangium et le Niaouli ?

Afin de comprendre comment les populations locales utilisent ces deux espèces, les équipes du GEPOG ont rencontré des acteurs locaux et des habitants pour en savoir plus.

Niaoulis sur une parcelle privée © Marion ROGER/GEPOG

La problématique

L’Acacia mangium et le Niaouli sont deux espèces végétales introduites en Guyane et qui envahissent les savanes sèches, menaçant ainsi cet habitat rare et toutes les espèces qui y sont associées. Afin de contrôler l’expansion de ces espèces, un plan de lutte contre ces deux espèces végétales envahissantes est prévu dans le cadre du LIFE BIODIV’OM.

L’usage de ces espèces

Malgré le caractère envahissant de ces espèces, il est primordial de comprendre comment les locaux utilisent ces espèces afin de pouvoir leur proposer des alternatives qui permettent de combler ces usages tout en évitant la destruction et la perte des savanes sèches de Guyane.

La méthode

Les équipes du GEPOG ont rencontré les Mairies d’Awala-Yalimapo et de Mana, les équipes de la Réserve Naturelle Nationale de l’Amana, celles de l’Association pour la Découverte de la Nature en Guyane (ADNG) et ont organisé des visites de terrain mais ont surtout rencontré des habitants possédant des acacias ou des niaoulis sur leurs parcelles.

A l’aide d’un questionnaire et d’un enregistreur vocal à la main, ces entretiens permettront d’en savoir d’avantage sur les usages faits de ces espèces, les besoins et les contraintes des habitants.

L’objectif

Les résultats serviront à alimenter les plans de lutte en cours de rédaction, ainsi qu’à élaborer une liste d’essences locales de remplacement des usages. Ils seront compilés avec d’autres entretiens à venir qui seront effectués sur d’autres secteurs envahis du littoral.

www.savanes.fr

www.gepog.org