Menu
Protecting threatened Over-seas biodiversity
45%

White-breasted thrasher

43%

Species factsheet

  • LIFE area: Martinique
  • Scientific name: Ramphocinclus brachyurus
  • Status: Endémique des Petites Antilles
  • Conservation status (IUCN): En danger d’extinction (EN)
  • Diet: Insectes, Graines, Baies, Larves
  • Behaviour: Peu craintif
  • Hábitat: Forêt sèche de la Presqu’île de la Caravelle
  • State of the population: 200 à 400 individus (Martinique)

Our aims

30% de réussite de
jeunes à l’envol
Mise en place d’un
corridor écologique

1 Brigade
« Moqueur » pour
pérenniser les actions
8 ateliers de concertation
10% de changement de pratiques

Threats

Habitat destruction:

The species is confined to an area of about 5 km² with some wooded areas, isolated from the rest of the forested areas to the west of the peninsula by the presence of agricultural land which prevents extension of the species’ habitat.

Cutting of nesting vegetation:

Caravelle peninsula fishermen use cage-traps that they make on-site using small branches cut from the natural habitat and in a protected area. Other than the fact that this is forbidden, the branches are used as a support for the birds nest.

Invasive alien species :

The Black rat and Small Indian mongoose, both introduced by man, are both important predators of the White-breasted thrasher. Other species such as feral cats and Common opposums are also an important threat.

Les actions

  • Gestion des prédateurs :

    Un dispositif participatif de gestion des prédateurs par le biais d'une Brigade « Moqueur » composée de bénévoles formés interviendra sous l’encadrement de salariés du PNM.
  • Concilier activités économiques et préservation :

    Une méthode alternative de construction de nasse sera développée lors d'ateliers de concertations avec les professionnels de la pêche.
  • Création de corridors écologiques

    Des zones naturelles de passage seront créées suite aux concertations menées avec la filière agricole locale afin de permettre la circulation entre plusieurs territoires occupés par l’espèce.

Results

Restaurer l’habitat du Moqueur gorge blanche

En 2020, une convention d’engagement a été signée avec l’Exploitant Agricole du Galion visant à créer un corridor écologique sur ses parcelles agricoles.

Réduire l’impact des prédateurs

En 2021, une phase test de piégeage d’avril à juillet 2021 a été déployée au sein de la Presqu’île de la Caravelle ce qui aurait permis de capturer 78 rats et 26 mangoustes.

En mai 2021 : une formation théorique et pratique a été dispensée auprès de 11 bénévoles.


Formation théorique et pratique © Renaud LEROUX

The expert

Thomas ALEXANDRINE

Gardien de l'environnement dans la RNN de la Presqu’ile de la Caravelle

Depuis combien de temps est-ce que vous travaillez sur l’espèce ?

Depuis cinq ans.

Comment est-elle perçue par la population locale ?

L’espèce est peu connue de la population.

Pourriez-vous donner un détail amusant sur cet oiseau ?

Certain habitants vivant à proximité du moqueur à gorge blanche l'appellent le "roi bwa" (le roi des bois) parce qu’il a tendance à « dicter sa loi » aux autres oiseaux, à les dominer.

Comment a évolué la population du Moqueur gorge blanche depuis que vous la suivez ? Quels sont les chiffres aujourd’hui ?

Avant mon arrivée, on comptabilisait environs 200 adultes nicheurs sur la réserve naturelle de la Caravelle. Les dernières études tendent à montrer que la population est soit stable, soit en légère augmentation.

Quelles sont les menaces et causes de sa disparition ?

La première cause de la disparition de l'espèce est la réduction de son habitat. Cette réduction est due à l'installation de l'homme sur les forets littoral, là où vit le moqueur. Aujourd’hui, les menaces sont toujours l'humanisation du littoral, les espèces nuisibles telles que les rats, la mangouste mais aussi l’Opossum commun (Didelphis marsupialis) ou les chats sauvages qui attaquent surtout les nids et les juvéniles.

Qu’attendez-vous du programme Life BIODIV’OM  par rapport à la conservation de l’espèce ?

Nous souhaitons mettre en place les outils de lutte contre les prédateurs du Moqueur gorge-blanche et lui permettre de recoloniser les forêts littorales de notre île.