Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
40%

Guyane : focus sur ces Zones Humides d’Importance Internationale !

En février, les zones humides sont mises en avant afin de sensibiliser le grand public à leur importance pour l’Homme et la biodiversité. Le 2 février 1971, 171 pays dans le monde ont signé la convention RAMSAR, aussi appelée « Convention relative aux zones humides d’importance internationale » dont l’objectif est d’assurer la conservation et l’utilisation durable des zones humides, en engageant les pays à enrayer leur dégradation ou disparition.

En France, 50 sites ont été labellisés RAMSAR, et ainsi reconnus comme zone humide d’importance internationale. En ce mois de février, partons à la découverte des 3 sites RAMSAR de Guyane.

Île du Grand-Connétable © Florent BIGNON

Marais de Kaw et Île du Grand-Connétable

Localisés à l’est de la Guyane, ces sites ont une superficie de 137 000 hectares dont 105 800 en partie terrestre. Gérés par le Parc Naturel Régional de Guyane, les marais de Kaw abritent plusieurs écosystèmes tels que les mangroves, les forêts marécageuses et les prairies flottantes. Deux cours d’eau les traversent : la rivière de Kaw et la crique Angélique. Ces marais présentent une biodiversité riche : toucans, hérons, flamants roses ainsi qu’une des dernières populations de caïmans noirs du continent.

Au nord, la zone inclue les îles du Petit et du Grand-Connétable, d’une superficie de 2,5 hectares. Gérée par le Groupe d’Etude et de Protection des Oiseaux en Guyane, la Réserve Naturelle de l’Île du Grand-Connétable couvre quant à elle 95 000 ha du site. Cette Île constitue le seul site majeur de reproduction des oiseaux marins de la côte nord amazonienne. La présence d’habitat rocheux, très rare sur cette côte, constitue un refuge important pour certaines espèces marines comme les tortues vertes et les mérous géants.

Marais de Kaw © Florent BIGNON

Basse-mana

D’une superficie de 59 000 hectares et localisé au nord-est de la Guyane française, ce site est composé de vasières, de mangroves, de forêts marécageuses, de cordons littoraux et de marécages d’eau douce et saumâtre. Classé zone humide d’importance internationale depuis 1993, le site est géré par le Parc Naturel Régional de Guyane.

Les plages du site sont connues au niveau mondial pour assurer majoritairement la nidification de la Tortue luth.

La faune de cet écosystème est riche et diversifiée : jaguars, ocelots, singes hurleurs, lamantins… Les mangroves abritent des dortoirs d’ibis rouge, d’aigrettes et de hérons tandis que les vasières en perpétuelle évolution sont des sites stratégiques pour de nombreux oiseaux migrateurs d’Amérique du Nord.

Malgré sa richesse, le site fait face à de nombreuses menaces : pesticides, chiens errants, chasse et braconnage.

Basse mana © Marie Windstein

Estuaire du fleuve Sinnamary

D’une superficie de 24 000 hectares et localisé au nord de Kourou, ce site est un ensemble de laisses de vases, de sable, de mangroves et de marécages d’eau fraiche. Classé zone humide d’importance internationale en 2008, il est géré par le Conservatoire du Littoral en Guyane.

Site préféré du Lamentin des Caraïbes, le site abrite de nombreux oiseaux migrateurs et sert également de site d’alimentation et de reproduction pour la Tortue verte et certaines espèces de caïmans.

Estuaire de Sinnamary © GEPOG