Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
22%

La gestion des espèces exotiques envahissantes suit son cours en Guyane !

Mercredi 13 novembre, le GEPOG, accompagné de l’entreprise de Kourou, Chloro Tech, a débuté la phase active des tests de méthodes de gestion sur l’espèce exotique végétale envahissante Melaleuca quinquenervia, appelée couramment Niaouli.

Tronçonnage et annelage de niaoulis © A.STIER/GEPOG

Le Niaouli

Le Niaouli est considéré comme une des espèces végétales exotiques envahissantes les plus problématiques pour la conservation des savanes littorales guyanaises. Importé d’Australie, cette espèce vient assombrir les espaces ouverts et envahit les savanes. Sa capacité à résister aux feux et à produire plus de 20 000 000 de graines par an fait du Niaouli une espèce redoutable et envahissante, menaçant les savanes guyanaises.

Le protocole

Afin de connaitre la méthode de gestion optimale afin de pouvoir gérer correctement cette espèce, le GEPOG a effectué des tests de gestion sur 200 individus de Niaouli. Ainsi après 9h de travail sur le terrain, tous les arbres identifiés précédemment ont été tronçonnés, annelés et traités à différents herbicides.

Une fois traité, chaque arbre est identifié par un numéro individuel sur une étiquette plastique et noté sur rubalise, cloué sur la souche ou sur le tronc, ou accroché à un fer à béton afin que les traitements réalisés puissent être suivis dans le temps.

L’objectif

Cette opération effectuée sur des terrains du Centre Spatial dans le cadre du Life BIODIV’OM a pour objectif dès 2020 de mettre en avant les méthodes les plus efficaces pour gérer cette espèce exotique envahissante et limiter son expansion.