Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
30%

Le suivi des Niaoulis traités continu en Guyane

Le 8 septembre 2020, les salariés du GEPOG ont effectué un troisième passage sur la parcelle de niaoulis qui avaient été traités en décembre 2019. L’occasion de faire un point sur les techniques utilisées et les résultats sur le terrain.

Suivi de la parcelle de Niaouli traités © A. Ricardou / GEPOG

Tester les techniques de lutte contre le Niaouli

Le Niaouli est une espèce exotique envahissante végétale introduit d’Australie dans les années 70. Très préoccupante sur le territoire Guyanais et représentant une réelle menace pour les savanes de Guyane, des techniques de lutte sont testées afin de limiter son expansion.

Il s’agit du troisième suivi planifié dans le protocole. Le nombre de rejets sur les souches et la couverture foliaire des houppiers appartenant aux arbres annelés sont soigneusement notés et photographiés à chaque passage.

Cette visite de terrain a également permis de vérifier la tenue des marques sur les arbres et les souches, et d’observer la réponse des rejets à la période d’inondation de la zone en saison des pluies (avec plus d’un mètre d’eau sur la parcelle en juin). Dans la plupart des cas, les rejets qui étaient observés sur les souches, lors du suivi des individus en février, ont séchés après l’inondation de la parcelle !

Rejets morts sur une souche de Niaouli adulte © A. Ricardou / GEPOG 2020

Une gestion à plus grande échelle

A l’issue du suivi, un repérage a été effectué sur la parcelle pour définir la zone sur laquelle des tests de gestion seront effectués au cours de la saison sèche à l’aide d’un engin de chantier.

Les missions de terrain représentent également un vecteur potentiel de dispersion de l’espèce: ainsi, l’équipe du GEPOG suit un protocole sanitaire afin d’éviter de transporter les minuscules graines hors du site.