Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
54%

Mayotte et Mohéli bénéficient du savoir-faire de la Guyane !  

Le 15 et 16 septembre 2022, le Groupe d’Etude et de Protection des Oiseaux de Guyane (GEPOG) a organisé une mission de réplicabilité dans l’objectif de transférer les connaissances et compétences sur la lutte contre l’Acacia mangium acquises dans le cadre du projet LIFE BIODIV’OM à d’autres structures et territoires confrontés à cette problématique.
Diagnostic de la savane – Vincent PREMEL

L’Acacia mangium : une problématique à Mayotte et Mohéli

Les projets Life sont des projets ambitieux permettant de mettre en œuvre de nombreuses actions d’acquisition de connaissances et de compétences. Après avoir réalisé deux projets LIFE, le GEPOG a ainsi obtenu une expertise importante sur la lutte contre l’Acacia mangium, une espèce exotique végétale envahissante, introduite en Guyane dans les années 70 pour revégétaliser les sites miniers et qui envahit les milieux ouverts dont les savanes de Guyane.

Un des points forts des projets Life est la nécessité de répliquer et de former d’autres partenaires et structures sur d’autres territoires aux méthodes et actions mises en place dans le cadre du projet. Le GEPOG a ainsi invité plusieurs personnes de diverses structures, intéressées par la problématique, à venir participer à deux jours de mission de réplicabilité sur la lutte contre l’Acacia mangium :

Visite d’une parcelle de Niaouli, une autre espèce envahissante des savanes – Vincent PREMEL

Deux journées de formation

Au total, deux journées ont été consacrées à cette mission de réplicabilité. La première journée, en salle, a permis au GEPOG de présenter le contexte et l’introduction de l’Acacia mangium en Guyane. Les participants ont également pu expliquer l’enjeu Acacia mangium sur leurs territoires respectifs. A Mayotte, l’Acacia mangium a été introduit pour stabiliser les « padzas », des zones dépourvues de végétation et qui ont tendance à s’éroder facilement. Le jeu de rôle, réalisé dans le cadre du projet LIFE BIODIV’OM, a également été testé avec les participants.

La seconde journée à quant à elle été consacrée aux visites des sites d’études en débutant par la réalisation d’un diagnostic dans la savane Maillard. Une présentation de Charles Bergère, garde littoral à la Mairie de Sinnamary/Pripri de Yiyi a également été réalisée pour présenter l’enjeu particulier dans la lutte et des usages faits de l’Acacia mangium. Les différentes techniques de lutte ont également été mises en pratique à Iracoubo avant de visiter un chantier d’abattage et de montrer le suivi post-abattage réalisé par le GEPOG sur les parcelles traitées. Enfin, une présentation de la valorisation de l’Acacia avec les tests de compostage et biomasse a été effectuée avant de faire le bilan de ces deux journées de mission.

Suite à cette formation, les participants ont également été invités à participer au séminaire technique du LIFE BIODIV’OM, organisé par le GEPOG, portant sur les démarches participatives au service de la biodiversité, permettant aux participants d’échanger avec de nombreux partenaires sur la thématique des EEE et la gestion de ces dernières via la mobilisation citoyenne, les programmes de sciences participatives et le dialogue territorial.

Tests de valorisation de l’Acacia mangium – Vincent PREMEL