Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
40%

Nouvelle méthode de gestion des Niaoulis testée en Guyane !

En décembre 2020, le GEPOG a testée une nouvelle méthode dans le but de contrôler le Niaouli, cette espèce exotique végétale envahissante qui menace les savanes de Guyane. A l’aide d’une pelle mécanique, c’est près de 2000m² de Niaouli qui ont été abattus.

Action de gestion du Niaouli à la pelle mécanique © A. Mathieu/GEPOG

Une gestion en plusieurs étapes

  • En 2019, deux experts américains dans la gestion du Niaouli ont accompagné le GEPOG dans la définition des protocoles à tester sur le territoire. Les premiers tests sur arbres adultes ont été menés fin 2019.
  • En 2020, plusieurs méthodes ont été testées sur des individus de Niaoulis qui ont ensuite été suivis afin d’évaluer les méthodes les plus efficaces pour lutter contre cette espèce.
  • En décembre 2020, une nouvelle étape a été franchie. Une population monospécifique de Niaouli de 2000 m² a ainsi été abattue par une pelle mécanique. Cette parcelle sera ensuite subdivisée en plusieurs parcelles afin de tester des techniques de gestion des jeunes pousses.

En raison de son caractère hautement invasif, un protocole de décontamination a été mis en œuvre afin de limiter le risque de propagation de l’espèce.

Protocole de décontamination © A. Mathieu/GEPOG

La Niaouli aux portes des savanes

Le Niaouli est considéré comme une des espèces végétales exotiques envahissantes les plus problématiques pour la conservation des savanes littorales guyanaises. Importé d’Australie, cette espèce vient assombrir les espaces ouverts et envahit les savanes.

Sa capacité à résister aux feux et à produire plus de 20 000 000 de graines par an fait du Niaouli une espèce redoutable et envahissante, menaçant les savanes guyanaises.

20.01.2021