Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
45%

Premier séminaire technique Life BIODIV’OM organisé à La Réunion

Du 15 au 17 novembre 2021, le Parc national de La Réunion a accueilli une trentaine de participants au sein de leurs locaux, à la Plaine des Palmistes, à l’occasion d’un séminaire technique organisé dans le cadre du projet européen Life BIODIV’OM. Ce séminaire s’est focalisé sur deux thématiques : les connaissances utiles à la conservation des espèces et la lutte contre les espèces exotiques envahissantes.
© Brieuc Coessens – Imagirun Médias

Découvrir le Massif de la Roche-Ecrite et ses enjeux

Massif de la Roche-Ecrite – habitat du Tuit-tuit © Florent BIGNON/LPO

Lors de ce séminaire, une des journées a été consacrée à la visite du Massif de la Roche-Ecrite et à la découverte de l’habitat du Tuit-tuit, l’oiseau le plus menacé de La Réunion.

Animée par les agents du Parc national de La Réunion et de la SEOR, cette journée a été l’occasion d’en apprendre davantage sur le Massif de la Roche-Ecrite, de connaitre son cadre réglementaire, la biodiversité qui y vit et les enjeux inscrits au sein de cet espace.

Les participants ont ainsi pu découvrir les actions mises en place sur le massif pour protéger le Tuit-tuit : chantiers participatifs et régulation des rats sur le Massif.

Présentation par la SEOR au départ du sentier de la Roche-Ecrite © Florent BIGNON/LPO

Valoriser les résultats acquis au cours du LIFE

Depuis plus de 3 ans, les bénéficiaires du Life BIODIV’OM mettent en place diverses actions dans le but d’acquérir des connaissances sur les espèces ou les habitats en vue de favoriser leur protection. De plus, des actions de régulation d’espèces exotiques animales et végétales envahissantes ont été déployées.

Lors du séminaire, certains des partenaires ont ainsi présentés leurs résultats concernant l’acquisition de connaissances en faveur de la conservation :

  • Les apports de la génétique et de la CMR dans la conservation de l’Echenilleur de La Réunion, présenté par Damien FOUILLOT de la SEOR
  • Détermination du succès reproducteur des colonies de Crabier blanc à Mayotte par un protocole innovant de photo-comptage, présenté par Almodis VADIER du GEPOMAY
  • Retour d’expériences sur les trois premières missions d’équipement télémétrique du Crabier blanc à Mayotte, présenté par Emilien DAUTREY, du GEPOMAY
Présentation du GEPOMAY © PNRUN

Certaines présentations ont permis de mettre en avant les résultats acquis en matière de régulation d’espèces exotiques envahissantes dans le Life :

  • Présentation des innovations déployées pour lutter contre les chats et les rats, présentée par Damien FOUILLOT de la SEOR
  • Etude de l’impact du Rat noir sur le Crabier blanc dans les mangroves de Mayotte et développement et test d’un plan de lutte innovant, par Emilien DAUTREY du GEPOMAY
  • L’Acacia mangium et le Niaouli aux portes des savanes guyanaises : tests de méthodes de gestion et mise en œuvre d’un plan de lutte, présenté par Alizée RICARDOU et Alexandre MATHIEU, du GEPOG
  • Premiers résultats des actions de contrôle des prédateurs du Moqueur gorge blanche en Martinique, présenté par Nancy JACQUELIN du Parc naturel régional de Martinique
© Florent BIGNON/LPO

Échanger et partager les expériences

Le séminaire a également été l’occasion pour des experts nationaux ou internationaux de présenter leurs résultats :

  • Méthodes utiles pour la conservation, présentée par Frédéric JIGUET du MNHN
  • Quelles méthodes pour prendre en compte la détection imparfaite des individus, présentée par Alexandre VILLERS, Cyril ERAUD de l’OFB-DRAS/Chizé et Thibaut COUTURIER du CEFE-CNRS
  • Lutte contre les EEE aux Seychelles : quels bénéfices pour les espèces natives ?, présentée par Gérard RACAMORA de l’Université des Seychelles
  • Invasive bird species management, and benefits for protected native species, humans and environment (Gestion des espèces d’oiseaux invasifs et les bénéfices pour les espèces indigènes protégées, les humains et l’environnement), présentée par Susana SAAVEDRA d’Invasive Bird Management – INBIMA. CEO
Locaux du Parc national de La Réunion © Florent BIGNON/LPO