Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
40%

Reprise de l’étude sur les larves à Saint-Martin

Le 9 février, l’Association de Gestion de la Réserve Naturelle de Saint-Martin (AGRNSM) a repris son protocole scientifique avec  l’aide de bénévoles.

L’objectif ? Récolter des larves pour rechercher celles de mérous dans le but de décrire en quelles quantités et à quelle saison ces dernières arrivent sur les côtes de Saint Martin et ainsi accroître les connaissances sur la dynamique locale de colonisation par la faune marine permettant d’en optimiser la conservation.

Mise en place du dispositif attractif lumineux © AGRNSM

Une première tentative en 2020

En 2020, le protocole d’échantillonnage avait été déployé en début d’année après que les équipes de gestion de la réserve aient été formées par l’entreprise française Ecocéan en octobre 2019. Ce protocole nécessite d’être déployé une fois par mois, pendant la lune noire, sur plusieurs mois consécutifs afin de pouvoir avoir des résultats comparables et exploitables. Malheureusement, suite à la crise sanitaire, les suivis ont dû être stoppés et reportés en 2021 pour permettre l’étude et la description d’une période continue.

Observation et identification des larves © AGRNSM

La PCC

La PCC (Post-Larval Capture and Culture) est une technique innovante de prélèvement en mer et d’élevage en milieu artificiel de post-larves marines. La PCC consiste à prélever les post-larves présentes dans l’océan avant qu’elles ne subissent une forte mortalité dûe à la prédation et à les élever jusqu’à des stades plus avancés afin de les relâcher et de renforcer les populations de poissons dans le milieu naturel. A Saint-Martin, cette méthode permet également de connaitre l’identité des espèces et la période à laquelle elles s’installent dans les eaux côtières.