Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
40%

Travaux en cours en Martinique pour l’identification de nouvelles ZICO

Le lundi 26 octobre 2020, le PNRM a organisé un comité de suivi afin de réunir les partenaires et experts naturalistes concernés du territoire sur la thématique des ZICO (Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux). L’occasion pour les participants de revoir ensemble la méthodologie développée à La Réunion et en Guyane durant le Life + CAP DOM (2010 – 2015).

Comité de suivi sur la thématique des ZICO en Martinique © PNRM

La méthode des ZICO

Cette méthode s’appuie sur l’analyse de la répartition des espèces à forts enjeux afin de cartographier et de caractériser les sites prioritaires pour la conservation de l’avifaune. Elle contribue ainsi à la Stratégie de création d’aires protégées en Outre-mer, ainsi qu’au Réseau Ecologique des Départements d’Outre-mer (REDOM). Appliquée à Mayotte, à Saint-Martin et en Martinique durant le Life BIODIV’OM, elle permettra d’identifier un réseau de sites prioritaires et d’importance communautaire en faveur des oiseaux. Pour cela, une mission de tutorat (https://www.lifebiodivom.fr/mission-de-tutorat-sur-la-methode-zico/) avait été organisée par la LPO en avril 2019 sur les trois territoires concernés.

Des réflexions prometteuses

Les réflexions menées en ce début de semaine ont notamment permis d’aborder les points suivants : périmètre géographique de l’étude, critères locaux d’indentification des ZICO, listes d’espèces d’oiseaux observables en Martinique, analyses spatiales et modèles de niches écologiques adaptés aux enjeux locaux de conservation.

Des pistes de solutions ont également été proposées concernant des sites potentiellement éligibles à l’échelle du territoire, en particulier dans le secteur Nord-Caraïbe de l’île : falaises de Bellefontaine (où nichent des colonies de Phaétons à bec jaune) ; versants Ouest du Morne Rose ; espaces naturels voisins du périmètre du Bien UNESCO (jouant le rôle de continuités écologiques entre la Montagne Pelée et les Pitons du Nord), etc.

Les échanges se poursuivront avec l’ensemble des acteurs n’ayant pu participer à cette réunion, dans le but d’affiner les réflexions lancées et de valider les premières étapes de la méthodologie d’identification de ces ZICO. En vue de répondre aux objectifs fixés dans le cadre de cette action, le PNRM et ses partenaires se mobilisent afin que les travaux en cours puissent aboutir à la désignation réglementaire d’au moins un des sites identifiés d’ici la fin du projet.

ZOOM : qu’est-ce qu’une ZICO ?

La notion de « ZICO » en français (« IBA » en anglais, pour Important Bird Area) renvoie à un inventaire scientifique international (Birdlife.org) visant à recenser les zones les plus favorables pour la conservation des oiseaux sauvages. Au sein de l’Union Européenne, le terme ZICO signifie « Zone d’Intérêt Communautaire pour les Oiseaux », ou encore « Zone d’Importance Communautaire pour les Oiseaux ».

Pour être classé comme ZICO, un site doit remplir au moins une des conditions suivantes :

  • être l’habitat d’une ou plusieurs population(s) d’espèce(s) dont le statut de conservation est reconnu comme étant défavorable au niveau international ;
  • être l’habitat d’un grand nombre ou d’une concentration d’oiseaux migrateurs, d’oiseaux côtiers ou d’oiseaux marins ;
  • être l’habitat d’un grand nombre d’espèces dont le biotope est restreint.

De façon générale, les ZICO visent à assurer la conservation et la gestion des espèces.