Menu
Protégeons la biodiversité menacée des Outre-mer
40%

Un partenariat clé en Martinique pour la création d’un corridor écologique

Fin novembre 2020, le Parc Naturel Régional de Martinique et l’Exploitation Agricole du Galion (EAG) se sont engagés conjointement pour la création d’un corridor écologique favorable au Moqueur gorge blanche sur la presqu’île de la Caravelle.

Parcelle de terrain de l’EAG © Nancy JACQUELIN/PNRM

Concilier activités agricoles et conservation d’une espèce d’oiseau endémique et protégée

L’EAG couvre aujourd’hui la majeure partie des terrains agricoles présents sur la Presqu’île de la Caravelle. Elle dispose à ce titre d’une maîtrise foncière d’environ 1 800 ha, dont près de 1 200 ha de surface agricole utile (SAU) et quelques zones boisées annexes.

Les activités pratiquées concernent essentiellement l’élevage de bovins et de caprins, ainsi que la culture de canne à sucre. Cette denrée est principalement utilisée pour approvisionner la célèbre Usine du Galion, fondée durant les années 1860 à proximité de la rivière du même nom. Elle est actuellement l’unique unité de production sucrière de la Martinique et perpétue la tradition.

Avec l’urbanisation, ces activités humaines conduisent progressivement à la fragmentation et à la perte de l’habitat du Moqueur gorge blanche (Ramphocinclus brachyurus), présent en Martinique exclusivement sur la Presqu’île de la Caravelle.

Souhaitant mettre en œuvre la création de continuités écologiques adaptées à l’espèce, en étroite concertation avec la profession agricole : le PNRM a sollicité l’EAG pour étudier la possibilité de créer un corridor écologique sur deux des parcelles agricoles dont elle est propriétaire.

Une convention cadre de partenariat bilatéral a été signée à cet effet, définissant les engagements respectifs des deux parties pour la mise en œuvre de cette action phare du projet Life BIODIV’OM en Martinique.

Il s’agira ainsi de restaurer en partie l’habitat dont bénéficiait historiquement cet oiseau. Cet aménagement permettra notamment d’offrir à l’espèce des conditions améliorées de reproduction, afin qu’elle puisse progresser en nombre et en distribution sur le territoire.

Des suivis ornithologiques sont également prévus afin d’évaluer les tendances d’évolution des populations, dans la réserve naturelle nationale de la Caravelle et à l’extérieur. Ceci contribuera au maintien de la biodiversité en milieu agricole, puisque d’autres espèces faunistiques et floristiques indigènes pourront ainsi coloniser l’espace.

Moqueur gorge blanche © Pierre CROUZIER